LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maladie auto-immune: la piste virale confirmée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ines



Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 09/04/2011

MessageSujet: Maladie auto-immune: la piste virale confirmée   Sam 29 Déc - 0:01

Pourquoi le système immunitaire peut-il se retourner contre nos propres cellules ? C'est à cette question que tentent de répondre les chercheurs de l'unité mixte Inserm/CNRS/Université Pierre et Marie Curie/Association Institut de myologie "Thérapies des maladies du muscle strié", en se penchant plus particulièrement sur une maladie auto-immune, la myasthénie grave. Dans le cadre du projet FIGHT-MG (Combattre la Myasthénie Grave), financé par la Commission Européenne et coordonné par l'Inserm, Sonia Berrih-Aknin et Rozen Le Panse ont apporté la preuve du concept qu'une molécule mimant un virus peut déclencher une réponse immunitaire inappropriée dégradant les fonctions musculaires. Ces résultats sont publiés dans la revue Annals of Neurology, accessible en ligne.


La myasthénie, une maladie auto-immune rare

La myasthénie grave est une maladie auto-immune rare (5 à 6 000 patients en France) entraînant une faiblesse musculaire et une fatigabilité excessive. Elle touche généralement d'abord les muscles du visage, puis elle peut se généraliser aux muscles des membres ou encore aux muscles respiratoires entraînant une détresse respiratoire.

Elle est due à la production d'auto-anticorps circulants qui bloquent les récepteurs de l'acétylcholine (RACh), un neurotransmetteur nécessaire à la transmission du signal nerveux moteur, au niveau de la jonction neuromusculaire.



L'introduction de l'ARN double brin (Poly(I:C) dans la cellule épithéliale thymique induit une surexpression de récepteurs de l'acétylcholine (RACh), via l'activation du récepteur "toll-like" 3 (TLR3) et de la protéine kinase R (PKR), ainsi que la production d'interféron-beta (IFN-?)). Ces modifications au niveau du thymus entrainent la formation de cellules B anti-RACh et la production d'auto-anticoprs circulants qui bloquent les récepteurs de l'acétylcholine, présents à la jonction neuromusculaire.
© Inserm / R. Le Panse


Est-ce qu'une infection virale peut-être à l'origine de la myasthénie ?

La myasthénie est une maladie multifactorielle où des facteurs environnementaux semblent jouer un rôle clé dans son déclenchement. Les infections virales sont suspectées mais prouver le rôle d'un virus dans le déclenchement est difficile. En effet, le diagnostic de myasthénie est souvent fait des mois, voire des années après le réel début de la maladie quand le virus n'est plus détectable, alors qu'une signature laissée par le virus peut se voir longtemps après l'infection.
La preuve de concept de l'origine virale apportée par les chercheurs
Dans le cadre du projet européen FIGHT-MG, l'équipe de chercheurs est parvenue à décrypter le déclenchement de la maladie en utilisant une molécule mimant l'ARN double brin viral (le Poly(I:C)).

Pour cela, ils se sont penchés sur l'organe jouant un rôle central dans cette pathologie: le thymus. Cet organe, situé au niveau du thorax, sert de lieu de maturation aux lymphocytes T, acteurs centraux des réponses immunitaires et normalement éduqués pour éviter le développement d'une auto-immunité.

Ils ont ainsi mis en évidence in vitro que le Poly(I:C) était capable d'induire spécifiquement une surexpression de RACh par les cellules épithéliales thymiques, tout en activant trois protéines (le récepteur "toll-like" 3 (TLR3), la protéine kinase R (PKR) et l'interféron-beta (IFN-â)) ; cette dernière entrainant une inflammation au niveau du thymus.

En parallèle, ils ont analysé les thymus pathologiques des malades atteints de myasthénie, chez lesquels ils ont observé une surexpression de ces 3 mêmes protéines du système immunitaire, surexpression caractéristique d'une infection virale.
Enfin, les chercheurs sont parvenus également à identifier les mêmes changements moléculaires dans le thymus de souris, suite à l'injection de Poly(I:C). Après une période d'injection prolongée, ils ont aussi observé chez ces souris la prolifération de cellules B anti-RACh, la présence d'auto-anticorps bloquant les récepteurs RACh et des signes cliniques synonymes de faiblesse musculaire comme dans la myasthénie. Ces résultats originaux montrent que des molécules mimant une infection virale sont capables d'induire une myasthénie chez la souris, ce qui jusqu'à présent n'avait jamais été démontré.

L'ensemble des travaux publiés dans la revue Annals of Neurology apporte une preuve de concept qu'une infection virale pourrait entrainer une inflammation du thymus et conduire au développement d'une myasthénie auto-immune.

Les prochaines étapes de recherche consisteront à déterminer de quel virus exogène il pourrait s'agir ou s'il s'agit d'une activation anormale d'une réponse anti-virale par des molécules endogènes.



Référence:

“Implication of dsRNA signaling in the etiology of autoimmune myasthenia gravis”
Annals of Neurology DOI: 10.1002/ana.23791.techno-sciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Maladie auto-immune: la piste virale confirmée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La sclérose en plaques n'est pas une maladie auto immune autre piste
» La SEP ne serait plus une "maladie auto-immune" ???
» Accompagner une maladie auto-immune: approches complémentaires
» LA MYASTHENIE AUTO-IMMUNE
» Réaction auto-immune inexpliquée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert médical-
Sauter vers: