LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 les scientifiques redéfinissent la psychopathie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
catalyseur

avatar

Nombre de messages : 530
Date d'inscription : 03/12/2008
Age : 37

MessageSujet: les scientifiques redéfinissent la psychopathie   Mar 13 Déc - 20:50

Une étude menée par des chercheurs américains revient sur les caractéristiques de la psychopathie : un trouble du comportement qui, contre tout préconçu, ne peut être ni assimilé à une conduite violence ni a un état irrémédiable.
Dans l’imaginaire collectif, la psychopathie incarne des traits de caractères spécifiques endossés par des personnages de la culture populaire. De Patrick Bateman d'American Psycho à Frank Abagnale Jr. d’Arrête-moi si tu peux en passant par Alex DeLarge d’Orange mécanique, tous ces héros dépeints dans la littérature et le cinéma convergent vers un unique archétype du psychopathe : une personne à la fois charmante, intrigante, malhonnête et dans certain cas vraiment terrifiante.

Si ce modèle représente bien l’exacte réalité, la recherche scientifique suggère que pour l’heure la psychopathie est un trouble de la personnalité largement méconnue. "La mention de psychopathie tend à être utilisée comme un label pour désigner les gens que nous n'aimons pas, ne pouvons pas comprendre, ou que nous interprétons comme le mal", explique dans un communiqué, Jennifer Skeem, chercheur en psychologie et comportement social à l'Université de Californie
.

Une convergence de plusieurs traits de personnalités

Avec ses collègues de divers instituts américains, la spécialiste a mené une étude visant à mieux comprendre la personnalité des psychopathes. Leurs résultats, à paraître dans l’édition de décembre du Psychological Science in the Public Interest, associent ce trouble du comportement à un état complexe, à multiples facettes, marqué par des mélanges de traits de personnalité. Une pluralité qui reflète
les différents niveaux de la désinhibition, l'audace, ou encore la méchanceté. "La psychopathie a longtemps été considérée comme un trouble affectant une personnalité unique. Cependant, beaucoup de preuves vont dans le sens d’une convergence de plusieurs traits de personnalités différentes", explique la spécialiste.

Leurs observations révèlent en outre qu’un sous-groupe non négligeable de délinquants mineurs et adultes, désignés comme psychopathes sont en réalité plus
des personnes émotionnellement perturbées qu’émotionnellement détachées. Un trouble comportemental qui se traduit par des symptômes d’anxiété et de dysphorie.

En vue de ces nouvelles compréhensions, les chercheurs s’attèlent désormais à sensibiliser psychologues et décideurs politiques afin de tenter de dissiper certains mythes et hypothèses hasardeuses invoqués à l’égard de la psychopathie. En effet, une grande partie de la population admet encore le fait selon lequel une personne "nait" psychopathe. Une allégation à laquelle les scientifiques s’opposent fermement, puisqu’outre les gènes, les facteurs environnementaux peuvent influencer également les troubles de personnalité d’une personne.


Un trouble qui peut être remédié

Par ailleurs, beaucoup de psychologues supposent également que la psychopathie est inaltérable. Une affirmation manquant de l’appui de preuves suffisantes. Des travaux empiriques récents suggèrent au contraire qu’un traitement intensif effectué sur des jeunes et des adultes réduit considérablement les symptômes caractéristiques des psychopathes et d’un comportement criminel violent.

Jennifer Skeem espère par son étude effacer l’évidence du lien généralement établi entre psychopathie et violence. En effet, la plupart des individus psychopathes ne présentent aucun antécédent démontrant un comportement violent. "La psychopathie ne peut pas être assimilé à la violence extrême ou à des meurtres en série. En fait, les "psychopathes" ne semblent pas de nature différente des autres personnes, ou irrémédiablement dangereux", souligne la spécialiste.

En clarifiant les traits de personnalité qui caractérisent la psychopathie, les scientifiques peuvent contribuer à des stratégies de prévention et de traitement visant à améliorer la santé et la sécurité publique
. "En bref, la compréhension de la psychopathie a évolué à un tel point qu'elle peut à présent améliorer considérablement la situation actuelle", conclut Jennifer Skeem.


Maxisciences
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les scientifiques redéfinissent la psychopathie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Etudes scientifiques actuelles et récentes
» Claude Poher : "Les ovni ? Les scientifiques s’en moque
» Dossier/débat: les découvertes scientifiques et les aspects du phénomène ovni
» les voyages scientifiques de Lapérouse et bougainville
» Comment occuper les élèves qui finissent leur DS plus vite que les autres?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de l'information médicale-
Sauter vers: