LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 léger et doux comme une promesse de printemps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
françoise



Nombre de messages : 362
Date d'inscription : 10/04/2009
Age : 31
Localisation : mulhouse

MessageSujet: léger et doux comme une promesse de printemps   Jeu 23 Juin - 12:18

Ce jour là Caroline une fois encore se rendait à l'hôpital, comme trop souvent à son goût. Cette fois, c'était pour sa mère qui venait d'être hospitalisée. Les infirmières la reconnaissaient et ne disaient rien, bien qu'elle enfreigne la règle. ” Pas de visite le matin “. Elle était très discrète, juste en allant au travail elle venait déposer un journal et faire la bise à sa maman, rapidement et repartait tout aussi discrètement.

Comme souvent
en passant dans le couloir elle pensait aux autres personnes dans les chambres. Il était même arrivé que des ceintures attachées à la main courante du couloir, bloquent l'ouverture de certaines portes derrière lesquelles elle entendait des personnes se plaindre. Une infirmière avait lâché tristement ” Nous n'avons pas d'autre solution sinon elles partiraient et nous n'avons pas le temps de tout surveiller “.
Cette fois-ci ce n'était pas le cas, au contraire, une porte était grande ouverte, sans doute à la demande du malade. Mais dès la sortie de l'ascenseur elle l'avait entendu. Des cris répétitifs et plaintifs ” aidez-moi ! Ne me laissez pas seul ! “. Comme toujours elle passa rapidement en faisant le moins de bruit possible, mais l'homme l'avait vu, ” Vous là ! Aidez-moi ! ” Confuse elle continua jusqu'à la chambre de sa maman. Le baiser, un sourire et le regard de soulagement et de remerciement de la maman et déjà elle devait repartir.

Elle entendait encore le cri
” Aidez-moi ! ” Qui continuait sans cesse, plus autoritaire mais lassé, visiblement personne ne s'en souciait. En passant de nouveau devant la chambre, elle jeta un coup d'œil rapide. Aussitôt l'homme s'écria ” je vous ai vu ! Vous faites exprès de ne pas vous arrêter ! ” . Alors mue par le remord et le besoin de ” faire quelque chose ” elle entra dans la chambre.
Un vieil homme était là couché sur un lit, les cheveux encore nombreux et drus, d'un beau blanc, un visage âgé, noble mais dépité. Il avait ce regard sévère d'un homme habitué à ce qu'on lui obéisse, mais visiblement à l'hôpital il n'avait que le statut de simple patient. Il la regarda étonné, alors elle s'excusa, ” je ne suis pas infirmière je passais juste dans le couloir “. Il en fut déçu, ” qu'est-ce que je vais devenir ? ” dit-il d'un ton plaintif.
Alors poussée par son élan, ne sachant que dire, Caroline s'approcha du lit se pencha au-dessus du vieil homme et
déposa un baiser sur son front. Il avait redressé la tête pour recevoir ce petit message d'amour gratuit, intuitif, étonné, et avant même qu'il ne dise autre chose elle s'enfuit.
Dans son envol, elle remarqua que
les cris avaient cessés. Le vieil homme ne disait plus rien….
Dans le couloir régnait maintenant un silence suspendu
, léger et doux comme une promesse de printemps


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
léger et doux comme une promesse de printemps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AUX PAPAS ET AUX MAMANS SEPARES ET EN DETRESSE MORALE
» Énigme: qui se cache derrière Baphomet?
» l'homme qui avait fais la promesse de dire toujours la verite
» Père James Manjackal - « SOYEZ DOUX ET HUMBLES DE CŒUR »
» Vivre comme un roi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de la sagesse-
Sauter vers: