LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les médicaments et le froid

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Les médicaments et le froid   Lun 20 Sep - 13:01

L’être humain se protège contre le froid grâce à des mécanismes physiologiques endogènes thermorégulateurs mettant en jeu les systèmes nerveux, endocrinien, cardiaque et respiratoire. Des effets néfastes pour la santé apparaissent si le système thermorégulateur est déficient ou si le stress thermique est trop important.
Un épisode de grand froid peut entraîner des modifications physiologiques et surtout une aggravation de pathologies pré-existantes. Des accidents aigus, comme l’hypothermie et les engelures surviennent plus exceptionnellement. L’hypothermie se caractérise par une température corporelle centrale inférieure ou égale à 35°C. L’alcool (éthylisme aigu) est le premier toxique responsable d’hypothermies en provoquant une vasodilatation périphérique.


Les principaux facteurs individuels ou situations à risque d’altération de l’adaptation de l’organisme au froid


-l’âge extrême : les personnes âgées (par diminution de leur métabolisme basal, de leur activité physique, de la performance de la réponse vasculaire et de la perception du froid) et les nourrissons (leur régulation thermique est moins efficace que celle de l’adulte) ;

- les conditions de vie/travail : les sans-abris mal protégés du froid ou malnutris, les travailleurs en plein air ;
- les pathologies chroniques et leur décompensation : patients souffrant d’affections cardiovasculaires, respiratoires y compris l’asthme, d’hypothyroïdie ou de maladies neuropsychiatriques ;
-certains médicaments dans le cadre du traitement des pathologies chroniques ;
- certaines pathologies aiguës
: infections respiratoires ;
- les séquelles de certaines pathologies : AVC massifs ou touchant le tronc cérébral,traumatisme cérébral ou médullaire, paralysies majeures.
En l’absence d’étude épidémiologique sur le rôle des médicaments, on peut seulement expliquer et prévoir, sur la base de leurs mécanismes d’actions, les effets potentiellement délétères de certains médicaments sur l’adaptation de l’organisme au froid.C’est la connaissance de l’ensemble des facteurs de risque, y compris le traitement médicamenteux déjà en place, qui permettra de proposer les mesures de prévention et de suivi adaptées à mettre en oeuvre en cas d’épisode de grand froid, pour limiter les risques de survenue de décompensation de pathologies chroniques ou d’accident aigu.
L’adaptation d’un traitement médicamenteux en cours doit être envisagée au cas par cas.Toute diminution de la posologie ou tout arrêt d’un médicament, doit être un acte raisonné qui doit prendre en compte la pathologie traitée, le risque de syndrome de sevrage et le risque d’effet indésirable. Aucune règle générale et/ou systématique ne peut être proposée pour la modification des schémas posologiques


Les risques induits par les médicaments sur l'adaptation de l'organisme au froid



Certains médicaments, du fait de leurs propriétés pharmacologiques, pourraient théoriquement être responsables de la survenue ou de l’aggravation de symptômes liés au froid en interagissant avec les mécanismes adaptatifs de l’organisme.
En effet, des médicaments peuvent contribuer à aggraver une hypothermie. De plus, certains médicaments peuvent provoquer à eux seuls une hypothermie dans des conditions normales de température. En outre, certains médicaments ont un profil pharmacocinétique qui peut être affecté par la vasoconstriction survenant lors de l’exposition au froid. Enfin, des médicaments peuvent indirectement aggraver les effets du froid
.
* Les médicaments susceptibles d’aggraver une hypothermie :
* Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation centrale (hypothalamus) :

. les neuroleptiques par inhibition du mécanisme du frissonnement au niveau central et par action sur les centres thermorégulateurs ;
. les barbituriques, les benzodiazépines et apparentés, par dépression du système nerveux central.
* Les médicaments pouvant perturber la thermorégulation au niveau périphérique (vaisseaux) par limitation de la réponse vasoconstrictrice :
. certains anti-hypertenseurs (alpha-bloquants, inhibiteurs calciques, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, antagonistes des récepteurs de
l’angiotensine II) ;
. les vasodilatateurs
, notamment les dérivés nitrés.
* Les médicaments pouvant induire une hypothermie :
La prise de neuroleptique est une situation connue pour favoriser les dysrégulations thermiques, que ce soit dans des conditions normales de température ou en cas d’épisode de grand froid.
*Les médicaments ayant un profil pharmacocinétique pouvant être affecté par la vasoconstriction :
* Les médicaments à faible marge thérapeutique (par modification de leur distribution ou de leur élimination)
notamment :
. les sels de lithium ;
. la digoxine ;
. certains anti-épileptiques (carbamazépine, acide valproïque, phénobarbital,phénytoïne).


* Les médicaments dont l'absorption peut être modifiée :
. les patchs, notamment ceux contenant des dérivés nitrés ou du fentanyl ;
. les médicaments administrés par voie sous-cutanée
.
* Les médicaments pouvant indirectement aggraver les effets du froid :
Les médicaments agissant sur la vigilance (sédatifs, benzodiazépines et apparentés) peuvent altérer les capacités à lutter contre le froid.

Les recommandations


En cas de vague de froid, il est important de repérer les personnes à risque.
Il est recommandé aux personnels de santé qui sont amenés à prendre en charge ces patients à risque de
:
• Surveiller l’état général des patients au plan clinique (température, pression artérielle,pathologie chronique stable) ;
• Informer ces patients des risques d’hypothermie et des mesures préventives à mettre en place pour se protéger du froid ;
• Inciter les patients à consulter leur médecin en cas d’aggravation d’une pathologie préexistante à risque ;
• S’assurer de la dispensation des médicaments indispensables malgré des conditions climatiques gênantes ;
• Dresser la liste des médicaments pris par le patient, qu’ils soient sur prescription ou en automédication ;
• Identifier les médicaments pouvant altérer l’adaptation de l’organisme au froid, en consultant la liste figurant sur le présent document et en se reportant avec attention aux mentions légales des médicaments (RCP) qui comportent les informations nécessaires pour procéder à cette évaluation ;
• Réévaluer l’intérêt de chacun des médicaments en termes de bénéfice-risque individuel et supprimer tout médicament apparaissant inadapté ou non indispensable, en tenant compte de la pathologie traitée, de l’état pathologique, du risque de syndrome de sevrage et d’effets indésirables ;
• Recommander aux patients de ne prendre aucun médicament sans avis médical, y compris les médicaments délivrés sans ordonnance
.
C’est au terme de cette réévaluation qu’une adaptation du traitement, si elle est nécessaire,peut être envisagée.
En aucun cas il n’est justifié d’envisager d’emblée et systématiquement une diminution ou un arrêt des médicaments pouvant interagir avec l’adaptation de l’organisme au froid.

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
 
Les médicaments et le froid
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allergie aux médicaments
» Chaud ou froid?
» Froid glacial sur les crêts du Pilat
» La médecine et les médicaments
» Froid début décembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de la formation continue-
Sauter vers: