LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un premier traitement efficace contre l'Ebola (chez le singe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ahmedba



Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 11/05/2010
Age : 54
Localisation : Mila- Algerie

MessageSujet: Un premier traitement efficace contre l'Ebola (chez le singe)   Mar 8 Juin - 14:39

Un premier traitement efficace contre l'Ebola (chez le singe)
Publié le 31/05/2010
http://www.jim.fr/e-docs/00/01/C7/F7/document_actu_med.phtml

Découvert en 1976, le virus Ebola est responsable de fièvres hémorragiques
qui surviennent par petites épidémies en Afrique centrale. La contagiosité
de ce virus à ARN est extrême et sa létalité très élevée (elle est
cependant variable selon les souches, la souche « zaïroise » [virus ZEBOV
pour Zaire Ebola Virus] induisant une mortalité de 90 %, tandis que les
souches soudanaises et les nouveaux variants identifiés récemment en Ouganda
sont associées à des létalités de respectivement 50 et 25 %). A côté de ces
formes autochtones quelques accidents de laboratoire ont été à déplorer ces
dernières années, le dernier étant survenu en mars 2009 en Allemagne.
On ne dispose pas jusqu'ici de vaccin efficace contre ce virus et seuls des
techniques d'isolement et de réanimation non spécifiques peuvent être
opposées à cette infection redoutable.

6 singes sur 7 guéris
Une équipe internationale associant des chercheurs canadiens et américains
(civils et militaires) vient d'obtenir pour la première fois chez le primate
des résultats très encourageants avec une thérapeutique innovante (1).

Schématiquement ce traitement expérimental est basé sur l'utilisation d'oligonucléotides
antisens et plus précisément d'ARN interférant de petite taille (siRNA pour
small interfering RNA). Une fois introduit dans les cellules de mammifères,
ces siRNA favorisent la dégradation des ARN messagers dont ils sont
complémentaires empêchant ainsi, de façon hautement spécifique, la synthèse
d'une protéine.

Dans le cadre de cet essai animal, Thomas Geisbert et coll. ont mis au point
3 siRNA dirigés contre les gènes de l'ARN polymérase et deux protéines du
virus ZEBOV, la VP 24 et la VP 35. Ces 3 siRNA encapsulés dans des
particules lipidiques ont été injectés par voie intraveineuse à des macaques
infectés par le ZEBOV une demi-heure auparavant. Alors que la létalité est
de 100 % chez les macaques non traités, 2 singes sur 3 ont guéri quand le
traitement été administré à J0, J1, J2, J3 et J5, tandis que les 4 animaux
traités à 7 reprises sur 6 jours ont guéri.
Biologiquement, cet effet thérapeutique s'explique par une inhibition
spécifique de la multiplication virale comme en témoigne la réduction
significative de la charge virale des animaux traités par rapport aux
contrôles et non par un effet immunitaire non spécifique. Aucun effet
secondaire important n'a été constaté chez les quelques singes traités.

L'utilisation pratique du Prix Nobel 2006
Grâce à l'application rapide des travaux d'Andrew Z. Fire et Craig C. Mello
sur l'interférence ARN (qui leur ont valu le prix Nobel de médecine 2006),
Thomas Geisbert et coll. ont donc mis au point le premier traitement curatif
de l'infection à virus Ebola efficace chez des primates non humains.
Beaucoup reste bien sûr à faire avant de parvenir à un médicament utilisable
en pratique clinique. Il faudra notamment poursuivre les expérimentations
animales pour déterminer la dose optimale de siRNA à injecter, le meilleur
schéma thérapeutique, l'efficacité en fonction du délai écoulé après la
contamination et bien sûr sa tolérance. Malgré ces obstacles, le passage à l'homme pourrait être rapide. Compte tenu de l'extrême gravité de l'infection, on
peut en effet penser que ce type de traitement expérimental puisse être mis
en ouvre chez l'homme à titre exceptionnel lors d'une nouvelle épidémie ou d'un
accident de laboratoire (2). Signalons à cet égard que le sujet «
contaminé » en Allemagne en 2009 a été le premier homme à recevoir un vaccin
comportant un virus recombinant de la stomatite vésiculeuse exprimant une
glycoprotéine du virus Ebola. Les résultats ont été toutefois difficiles à
interpréter, puisque si le patient n'a présenté à la suite de sa
contamination que des symptômes viraux non spécifiques et bénins, on n'a pu
démontrer qu'il avait bien été infecté par le virus Ebola.

Au-delà de l'Ebola, ces travaux ouvrent d'immenses perspectives
thérapeutiques, les ARN interférants pouvant être potentiellement efficaces
dans de multiples pathologies, virales mais aussi génétiques ou néoplasiques
par exemple.


Dr Anastasia Roublev


1) Geisbert T et coll. : Postexposure protection of non-human primates
against a lethal Ebola virus challenge with RNA interference : a
proof-of-concept study. Lancet 2010 ; 375 : 1896-905.
2) Feldmann H. : Are we any closer to combating Ebola infections ? Lancet
2010 ; 375 : 1850-52.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un premier traitement efficace contre l'Ebola (chez le singe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup de gueule contre mon chat!
» LA MAUVAISE HALEINE Des astuces naturelles gratuites
» Un traitement naturel contre la cloque du pêcher ?
» SANS VOGALIB SANS IMMODIUM ET SUSPITION DE GASTRO ....
» les frais véto et vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert médical-
Sauter vers: