LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout sur l'obésité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Tout sur l'obésité   Mer 3 Fév - 12:22

L'obésité affecte près d'une personne sur trois dans la plupart des pays industrialisés. Cette maladie complexe résulte de l'interaction de facteurs physiologiques, comportementaux et socio-culturels. Déterminée par des prédispositions génétiques, l'obésité est aussi la réponse biologique à un mode de vie qui fait la place belle aux excès alimentaires et à la sédentarité.
Et plutôt que de raisonner uniquement sur le gène, les spécialistes préfèrent parler d'inadaptation de l'homme à son milieu. La mise en place de mesures préventives efficaces apparaît comme la solution incontournable
Maladie chronique en progression rapide, l'obésité est devenue un problème de santé publique majeur dans les pays industrialisés. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a qualifié l'obésité de première épidémie non infectieuse de l'Histoire. Sa prise en charge est considérée comme une priorité, et ce d'autant plus que l'excès de poids affecte des individus de plus en plus jeunes.



IMC : Indice de Masse Corporelle et tour de taille



Les causes du développement de l'obésité sont multiples. L'obésité est un symptôme multifactoriel qui résulte des interactions complexes entre un terrain génétique plus ou moins propice et l'environnement dans lequel il évolue. En effet, le caractère héréditaire de la corpulence est incontestable. Certains sujets résistent à l'obésité alors que d'autres sont particulièrement sensibles au changement de régime alimentaire et à son contenu en matières grasses. Par exemple, un enfant en surpoids ayant au moins un parent obèse présente un risque de 80 % de devenir obèse à l'age adulte, contre seulement 10 % de risques si les deux parents étaient maigres (voir ci-dessous).





Les diverses analyses familiales ont conclu à l'existence d'un petit nombre de gènes jouant un rôle déterminant dans la corpulence et la distribution régionale de la masse grasse. Les résultats des travaux de recherche des trois dernières années suggèrent l'implication d'une vingtaine de gènes ou régions chromosomiques différentes. Cela signifie que les systèmes biochimiques et physiologiques responsables de la constitution de l'obésité sont multiples, et interviennent à différentes étapes de la régulation énergétique. Le décryptage du génome humain et les progrès en génétique moléculaire devraient ainsi permettre de classer « les obésités » en fonction des mécanismes métaboliques mis en jeu.
Des gènes et des habitudes



Toutefois, les travaux de recherche suggèrent que les facteurs génétiques proprement dits interviennent dans moins d'un tiers des cas d'obésité, démontrant que l'hérédité n'explique pas tout. Par ailleurs, il est peu probable que le génome humain ait changé en l'espace d'une génération au point de provoquer l'épidémie d'obésité qui sévit. Le fait que, au niveau mondial, la surcharge pondérale affecte davantage la population actuelle que la génération des parents et grands-parents, montre bien que d'autres facteurs sont à incriminer. En effet, les transformations rapides de l'environnement et des comportements au cours des dernières décennies sont des déterminants majeurs de l'évolution rapide de cette maladie. Et c'est avant tout dans les habitudes alimentaires et le mode de vie que se trouvent les causes fondamentales de l'épidémie d'obésité.
La consommation d'aliments à forte valeur calorique et riches en matières grasses, associée à un mode de vie de plus en plus sédentaire joue un rôle prépondérant dans l'apparition de la surcharge pondérale et son évolution vers l'obésité. Rappelons que la prise de poids n'est jamais que le résultat d'un déséquilibre de la balance énergétique, c'est-à-dire entre la prise de calories alimentaires et leur utilisation par l'organisme (pour fonctionner et maintenir la température corporelle). Lorsque la prise d'aliments excède la dépense énergétique, le surplus d'énergie est stocké sous la forme de graisses corporelles. Si ce mécanisme de mise en réserve a permis à l'homme de surmonter des périodes de disette, il semble le desservir en période de surabondance.


L'exposition à de nombreuses maladies



Loin d'être un simple problème d'esthétique, l'excès de poids engendre de nombreuses complications pour la santé :
.troubles respiratoires,
.hypertension artérielle,
.maladies cardiovasculaires,
.dérèglements métaboliques (diabète de type 2, non insulino-dépendant, dit diabète gras),
.problèmes rhumatologiques,
.risques accrus de certains cancers.
.le cholestérol,
.l'apnée du sommeil,
.l'arthrose,
.l'infertilité,
.l'insuffisance veineuse,
.le reflux gastro-œsophagien

sont fréquemment associés à l'obésité. Aux États-Unis par exemple, la surcharge pondérale serait responsable de l'augmentation du diabète chez les individus dans leur trentaine ; en l'espace de dix ans, cette maladie a augmenté de 76 % dans cette classe d'âge et de 33 % dans la population générale. Chez les enfants également, une forme de diabète ultra-précoce de type 2 est apparue il y a quelques années, qui progresse de façon inquiétante. Les premiers cas de ce diabète atypique ont été détectés en France en 1999 et la nouvelle maladie risque de s'étendre.

Le traitement de l'obésité ne se limite donc pas à résoudre un problème de poids, mais consiste à prendre en charge le problème médical dans sa globalité. Il s'agit de traiter et prévenir les troubles somatiques tout en élaborant un programme adapté à la perte de poids. Rappelons que l'approche médicamenteuse de traitement de l'obésité est un sujet controversé.
Les médicaments tels que les diurétiques, les catabolisants et les anorexigènes favorisent la perte de poids mais n'agissent pas de façon spécifique sur la réduction du tissu graisseux. De plus, généralement efficaces en début de traitement, ils n'ont pas fait leurs preuves à long terme. Et dans de nombreux cas, ils sont à l'origine de perturbations métaboliques graves, et donc fortement déconseillés. Ainsi,
.les diurétiques qui forcent les reins à excréter davantage d'eau peuvent causer de sérieux déséquilibres électrolytiques, voire la déshydratation.
. Les catabolisants peuvent s'avérer toxiques, entraînant des effets secondaires au niveau du cœur et du système nerveux central.
. Les anorexigènes peuvent induire une accoutumance ainsi que d'autres troubles psychologiques; ces derniers ont été retirés du marché européen au début de l'année

L'approche médicamenteuse controversée


Un nouveau traitement agissant au niveau du tube digestif afin de bloquer partiellement l'absorption des graisses par l'organisme est prescrit depuis peu. D'autres molécules sont en cours de développement ou suivent la procédure de commercialisation. Enfin, dans certains cas, la gravité de l'obésité est telle qu'une intervention chirurgicale sur l'estomac est préconisée, la gastroplastie. Elle vise à limiter la prise alimentaire en diminuant le volume gastrique : l'estomac et divisé en deux compartiments, comme un sablier, le passage étroit étant créé à l'aide d'un anneau. Considérant ses effets sur la perte de poids et la réduction des pathologies associées, il semblerait que l'efficacité de la gastroplastie à court et moyen termes soit reconnue. Mais parmi les experts, certains s'interrrogent sur le bienfondé d'une mesure chirurgicale en réponse à un problème d'ordre comportemental.

Cependant
, les traitements médicamenteux ne résolvent pas les problèmes de poids et ne « soignent » pas l'obésité. Ils doivent être suivis médicalement, et s'inscrire dans une action globale, associant régime alimentaire et pratique régulière d'une activité physique. Il est actuellement communément admis que les mesures diététiques doivent être personnalisées, c'est-à-dire tenir compte des habitudes et comportements alimentaires de chaque individu, mais également réalistes, car il est impératif qu'elles s'inscrivent dans la durée.


Dans les pays industrialisés, le coût économique de l'obésité et des maladies associées représente 2,4 à 5 % des dépenses de santé. Bien entendu, les chiffres avancés varient en fonction des maladies prises en compte dans l'évaluation des coûts et de la proportion de cas attribuable à l'obésité pour chacune des maladies associées. Ainsi, une étude américaine récente a estimé à 238 milliards de dollars (253 milliards d'euros) les dépenses réalisées aux États-Unis pour traiter les maladies liées à l'obésité, telles le diabète et les maladies cardiovasculaires, ces données ne prenant pas en compte les dépenses liées au traitement de l'obésité proprement dite. Au Canada, le coût direct attribuable au traitement de l'obésité a été estimé à plus de 1,8 milliards de dollars canadiens en 1997 (1,3 milliards d'euros) ; en France ce coût s'élevait à 11,9 millions de francs en 1992 (1,8 M).

Le traitement de l'obésité est tellement compliqué qu
'il est préférable de ne pas accumuler un excès de poids plutôt que d'essayer de le perdre. Il est donc important d'adopter des mesures préventives pour éviter la survenue de l'embonpoint chez les enfants et l'installation de l'obésité chez les adultes.
Le seul moyen de ne pas prendre du poids étant de limiter l'apport énergétique et d'exercer une activité physique,
les campagnes de prévention devront mettre l'accent sur l'acquisition de connaissances de base en matière de nutrition et de comportements alimentaires appropriés, tout en encourageant l'exercice physique régulier. Il s'agit d'instaurer des habitudes de vie saines, et non pas de développer un comportement obsessionnel pour le contrôle du poids. Il conviendrait peut-être de s'inspirer des méthodes préventives développées en Finlande, seul pays a avoir stabilisé ses chiffres.

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
v.dynamique



Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 18/02/2009

MessageSujet: Re: Tout sur l'obésité   Mar 9 Fév - 0:00

L'obésité est un grand probleme de santé publique, toutes les tranches d'age sont concernées par cette progression du surpoids et de l'obésité.
Même si tout le monde voudrait avoir une silhouette parfaite, la surcharge pondérale peut survenir à tout moment, et si l’on ne s’en occupe pas dès le début, elle devient plus difficile à traiter, et les régimes amaigrissants ou amincissants n’y font aucun effet.
dans le cas ou la perte de poids n'aura plus lieu est ce que vous voyez que la liposuccion soit la bonne solution?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tout sur l'obésité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Bible reméde à tout nos tracas
» Tout sur les moralistes
» Saint Marcellin Joseph Benoît Champagnat et commentaire du jour "Elle a tout donné"
» il bouge tout le temps...
» Tout ce qu'il faut savoir sur le kilt.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert médical-
Sauter vers: