LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout sur les médicaments génériques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Tout sur les médicaments génériques   Mer 20 Jan - 23:59

Une molécule active identique au médicament d'origine




Pour comprendre la naissance du médicament générique, il faut d'abord comprendre celle de son frère ainé, le médicament princeps.
Lorsqu'un laboratoire pharmaceutique met au point un nouveau médicament, il dépose un brevet, afin d'être le seul à pouvoir le produire. Mais après un certain nombre d'années (20 ans en général pour les médicaments), ce brevet "tombe dans le domaine public". Cela signifie qu'il devient caduc et que les autres laboratoires peuvent copier le médicament dans l'espoir de le lancer sur le marché. La nouvelle version est un médicament générique, la version la plus ancienne devient un princeps. Mais attention, cela n'est pas aussi facile, loin de là ! Pour être validé, le générique doit respecter de nombreuses conditions. La molécule active, c'est-à-dire celle qui donne son efficacité au médicament, doit être l'exacte copie de celle du médicament d'origine. Elle doit également être présente exactement dans la même quantité.
Les excipients, eux, peuvent être différents. Ce sont toutes les substances qui "entourent" la molécule active pour en faire un médicament. "Ils servent en quelque sorte de véhicule, . La substance active se trouve parfois en très petite quantité dans un médicament, il est donc impossible de l'administrer seule : on y ajoute des substances inertes, qui permettent de mettre en forme ce médicament et donc de le véhiculer jusque sur le site d'action ."
La forme gallénique doit également être la même que pour la molécule d'origine : un médicament qui se prenait par voie orale doit toujours se prendre par voie orale, etc.

La bioéquivalence doit être respectée : on doit retrouver la même quantité de substance active dans le sang après prise du médicament.




Une fois le brevet du médicament d'origine tombé dans le domaine public, les autres laboratoires peuvent utiliser la formule active pour fabriquer un médicament équivalent. ©️ Getty Images


Une traçabilité et une sécurité totales


Ce n'est pas parce que les médicaments génériques sont moins chers qu'ils sont moins sûrs ou moins efficaces. En occident,Ils suivent exactement le même circuit de validation que les médicaments princeps et doivent déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché La seule différence, c'est que le laboratoire n'a pas besoin de faire la preuve de l'innocuité ou de l'efficacité de la molécule active, puisqu'elle existe depuis longtemps et a déjà été validée.

Pour obtenir l'appellation de médicament générique, le laboratoire doit avant tout démontrer la bioéquivalence de son produit, c'est-à-dire le fait que l'on retrouve la même quantité de médicament dans le sang qu'avec le princeps. En effet, l'absorption peut changer en fonction des excipients contenus. Il est donc important de s'assurer que l'effet sur l'organisme sera exactement le même. Une tolérance de 20 % à 25 % est accordée. Elle n'est pas significative pour l'efficacité du médicament, Sinon, le générique ne pourrait pas rentrer dans le même répertoire d'équivalences, où sont recensés le princeps et ses génériques."


Le choix de la qualité


En occident, les excipients sont aussi passés sous la loupe avant que le nouveau médicament puisse être commercialisé.
Les génériques vendus en europe ne sont pas des médicaments de seconde zone, ils sont aussi efficaces et aussi sûrs que les autres."
Moins chers parce que fabriqués en Inde ?


Voilà une remarque qui revient souvent dans les conversations : si les médicaments génériques sont moins chers, ce serait parce qu'ils sont fabriqués en Inde.
La réponse est à la fois oui et non : oui, ils peuvent être fabriqués en Inde. Non, ce n'est pas pour autant qu'ils sont moins chers.

Si leur coût est moindre, c'est parce qu'il faut moins de temps pour les fabriquer. Mais ils peuvent effectivement être fabriqués à l'étranger. En Inde mais aussi dans bien d'autres pays, y compris en Europe et en France. Et cela n'a rien de spécifique aux médicaments génériques : c'est aussi le cas pour les molécules princeps.


Reconnaître un médicament générique grâce à son emballage



La plupart du temps, le médicament n'a pas de nom à lui, comme c'est le cas pour les princeps. Il est directement identifié par la dénomination commune, c'est-à-dire le nom de la substance active du médicament. Cette dénomination commune doit être votre point de repère car elle figure également sur la boîte du médicament original, elle vous permet donc d'être sûr que c'est le bon médicament de substitution.

Pour se distinguer des autres génériques, vient ensuite le nom du laboratoire qui a produit le médicament. Quelques génériques ne suivent pas cette règle et se reconnaissent alors par la mention "Gé" qui suit le nom de marque du médicament.

Substituable ou non substituable
En algérie, le pharmacien a le droit de substituer tout médicament prescrit par le medecin, le déremboursement des médicaments par la sécurité sociale se fait sur la base d'un tarif de référence, généralement le générique le moins chèr sur le marché est pris en référence.


Quels sont les médicaments qui existent en version générique ?


Tous les médicaments peuvent aujourd'hui devenir génériques dès l'instant où le brevet tombe dans le domaine public, soit 20 ans après qu'il a été déposé.. Une fois que le brevet est tombé, les laboratoires se précipitent pour être les premiers à sortir le générique qui fera référence. Il n'y a pas de limite au nombre de versions génériques d'un médicament princeps. Chaque laboratoire peut tout à fait sortir le sien."

Au total, il existe aujourd'hui 700 à 800 spécialités de références qui possèdent des versions génériques. Parmi les plus courants, ceux qui luttent contre le cholestérol, les troubles cardiaque ou encore, tout simplement, la douleur
.
A noter que lorsqu'un médicament est en vente libre, on ne distingue plus le générique du princeps. Il en va donc ainsi pour le paracétamol ou l'ibuprofène, deux antidouleurs très couramment utilisés.

Des prix moitié moins élevés


Tout l'intérêt du médicament générique, pour l'assurance maladie, réside dans son prix, beaucoup moins élevé que celui du princeps. Pour mieux comprendre comment une telle économie est possible,Normalement, Le prix de base des génériques est fixé à 45 % du prix original du médicament princeps.
Ce qui coûte très cher dans un médicament, c'est le fait qu'on doit rentabiliser les années de recherche qui ont été nécessaires pour le mettre au point. Les médicaments génériques n'ont pas cette composante puisque la molécule existe déjà et qu'il y a donc un coût de recherche très limité (associer les bons excipients à la molécule).
Le prix fixé correspond au prix industriel. Il faut ensuite y ajouter La marge pour le grossiste répartiteur. La marge pour le pharmacien d'officine.

Tout cela est décidé par l'état selon des critères très précis. Les marges des pharmaciens sont inversement proportionnelles au prix industriel du médicament : les moins chers d'entre eux ont une marge de 50 %, tandis que les plus chers ont une marge de 20 %. Les pharmaciens gagnent donc autant, voire parfois plus d'argent en vendant un générique plutôt qu'un princeps.

Le marché du générique en plein boom


Les génériques ont tellement le vent en poupe que les laboratoires pharmaceutiques se lancent dans le rachat de fabricants de médicaments génériques. "Depuis un an à dix-huit mois, la tendance se dessine : tous les gros labos tels que Novartis, Sanofi, Pfizer rachètent des fabricants de génériques",

Pour le directeur général adjoint du Leem, "nous sommes en train d'assister à un changement de modèle économique". Eh oui, inventer de nouveaux médicaments devient moins rentable. Les frais de recherche peuvent même se révéler difficile à amortir. Les labos ont donc tout intérêt à se diversifier. Et il semble logique qu'ils s'intéressent au marché des génériques puisqu'il enregistre une croissance annuelle de 10 % à 15 % contre seulement 1 % à 2 % pour le marché de la recherche.

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
 
Tout sur les médicaments génériques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Médicaments génériques : plus dangereux que les originaux ?
» Liste de médicaments génériques Vegan
» Aaaaaahh les génériques !
» Médicaments génériques, qu'en pensez-vous ?
» pilule contraceptive non testée sur les animaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de l 'industrie pharmaceutique-
Sauter vers: