LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 divine trilogie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nina
Admin


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 34
Localisation : 75015

MessageSujet: divine trilogie   Mar 11 Nov - 0:25

Au cours de ses 25 ans de carrière, l'Algérienne Mosteghanemi a écrit des romans à très grand succès tels que « Mémoire de la chair », « L'anarchie des sens » et « Passant d'un lit ». Elle est devenue la première femme algérienne à écrire un roman en langue arabe et le premier auteur arabe contemporain à vendre des centaines de milliers de livres et à rester en tête des meilleures ventes pendant des années au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Tunisie et aux Emirats Arabes Unis.

En 1998, Mosteghanemi a reçu le prix Naguib Mahfouz pour « Mémoire de la chair », un roman traitant de la lutte de l'Algérie contre la domination étrangère et des problèmes affectant la nation émergente après son indépendance. Le comité de remise du prix décrivit l'auteur comme « une lumière qui illumine cette profonde obscurité. Elle a réussi à rompre l'exil linguistique auquel le colonialisme français avait condamné les intellectuels algériens. »

Le père de Mosteghanemi, Mohamed El Cherif, natif de Constantine, en Algérie, a lutté contre l'occupation française et perdu ses deux frères lors d'une manifestation anti-française au milieu des années 1940. Recherché par la police française pour ses activités de résistance, il s'est enfuit avec sa famille en Tunisie, où il travaillait comme professeur de français. Son premier enfant, Ahlam, naquit dans une atmosphère chargée de politique, quelques années avant la révolte algérienne de 1954. La maison de son père en Tunisie était une maison de passage et d'accueil pour les combattants du maquis algérien.

Après l'indépendance en 1962, la famille retourna en Algérie et s'installa à Alger. Le père envoya sa fille aînée à la première école arabe en Algérie, faisant d'Ahlam l'une des premières de sa génération à recevoir un enseignement dans sa langue maternelle.

El Cherif fut atteint d'une dépression nerveuse peu avant le 18ème anniversaire d'Ahlam, ce qui obligea cette dernière à travailler pour la radio algérienne pour subvenir aux besoins de sa famille. Son émission du soir « Hamsat » (Chuchotements) lui conféra sa réputation de poète prometteur. La première anthologie de poésie de Mosteghanemi « Ala Marfa' Al Ayam » (Au havre des jours) fut publiée en 1973 en Algérie. Elle récidiva en 1976 avec l'anthologie « Kitaba Fi Lahzat Ory » (Ecriture dans un moment de nudité).

Mosteghanemi quitta l'Algérie dans les années 1970 pour Paris, où elle épousa un journaliste libanais et s'occupa de ses enfants. Après avoir obtenu un doctorat en sciences sociales à la Sorbonne dans les années 1980, elle publia son premier roman « Zakirat Al Jasad » (Mémoire de la chair) en 1993. Ce livre en est à sa 19ème réédition et plus de 130 000 exemplaires en ont été vendus. Son succès s'est poursuivi avec « L' anarchie des sens » (Fawadal Hawass, Beyrouth, 1997) et « Passant d'un lit » (Aber Sarir, Beyrouth, 2003), qui, tous deux, poursuivent l'histoire que Mosteghanemi avait débuté dans « Mémoire de la chair ».

« Zakirat Al Jasad » est un roman sur la vie mouvante et insaisissable de la conscience dédié au père de Mosteghanemi et au romancier et poète algérien francophone Malek Haddad (1927-1978), qui décida de ne plus écrire en langue étrangère après l'indépendance, mais finit par ne plus écrire du tout. Comme le remarque Mosteghanemi dans sa dédicace, Haddad « est mort un martyre aimant de la langue arabe ».

L'écriture de Mosteghanemi évoque la nostalgie d'une nation « qui vit en nous, mais dans laquelle nous ne vivons pas ». Habitant aujourd'hui Beyrouth, son œuvre exprime la passion pour une Algérie qui manque à l'auteur. Ses romans vont au-delà des frontières pour conter une histoire de rêves irréalisés et de devenir tragique, rendant ses œuvres pleines de signification pour l'ensemble du monde arabe.

j'ai eu l'occasion de lire ces livres a travers une etudiante qui faisait son memoir de fin d'etudes en literature arabre sur l'auteur, et personnelement g vécu chaque mot ecrit par l'écrivain.

en une expression, une trilogie divine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
divine trilogie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'heure de la Miséricorde Divine
» Invocations à la Miséricorde Divine
» Merci Divine Mère
» 19 avril : Fête de la Miséricorde Divine
» Nature divine et nature humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert des arts et cultures-
Sauter vers: