LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trois histoires de la vie de Steve Jobs, PDG de Apple Computer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Trois histoires de la vie de Steve Jobs, PDG de Apple Computer   Jeu 12 Nov - 12:52

je suis honoré d'être avec vous aujourd'hui pour votre entrée dans l'une des meilleures universités du monde. Je n'ai jamais été diplômé du collège. Pour dire la vérité, je n'ai jamais été aussi proche du diplôme qu'aujourd'hui. Aujourd'hui je veux vous raconter trois histoires de ma vie. C'est tout. Pas du grand cinéma. Juste trois histoires.
La première histoire parle de relier les points
.

J'ai quitté Reed College après 6 mois, mais je suis resté dans les parages pendant 18 mois avant de vraiment partir. Donc pourquoi suis-je parti ?

Cela a commencé avant ma naissance. Ma mère biologique était une jeune étudiante, pas encore diplômée, qui décida de me donner pour adoption à la naissance. Elle voulait que je sois adopté par des personnes diplômées de l'université, donc tout fut préparé pour que je sois adopté par un avocat et son épouse. Sauf que lorsque je fis mon apparition, ils décidèrent au dernier moment qu'ils voulaient absolument une fille. Donc mes parents, qui étaient sur une liste d'attente, eurent un coup de fil au milieu de la nuit, leur demandant : "nous avons un bébé, un garçon, pour l'adoption, vous le voulez ?". Ils dirent : "évidemment". Ma mère biologique découvrit plus tard que ma mère n'avait jamais été diplômée de l'université, et que mon père n'avait pas eu son baccalauréat. Elle refusa de signer les papiers finalisant l'adoption. Elle finit par accepter quelques mois plus tard quand mes parents promirent que j'irai un jour à l'université.
Donc 17 ans plus tard j'allais à l'université. Mais naïvement, je choisis un collège qui était presque aussi cher que Stanford, et toutes les économies de mes parents, qui étaient issus de la classe moyenne, furent dépensés dans mon inscription. Après six mois, je ne voyais toujours pas l'intérêt de ces études. Je n'avais aucune idée de ce que je voulais faire dans la vie, et aucune idée de la manière dont le collège allait pouvoir m'aider à trouver ce que je voulais faire. Et pendant ce temps je dépensais tout l'argent que mes parents avaient mis leur vie entière à épargner. Donc je décidais d'arrêter et croire que ça allait marcher. A l'époque c'était vraiment terrifiant, mais aujourd'hui je me dis que c'est l'une des meilleures décisions que j'ai jamais prises. A la minute où j'ai démissionné, j'ai pu arrêter de suivre les cours qui ne m'intéressaient pas, et commencé à suivre ceux qui me paraissaient intéressants.
Ce n'était pas romantique. Je n'avais pas une chambre dans un dortoir, donc je dormais sur le sol de la chambre d'un ami. Je ramenais les bouteilles de Coca-Cola pour récupérer la caution de 5 centimes pour acheter de la nourriture, et tous les dimanches soirs je marchais sur 12 km à travers la ville pour avoir un bon repas au temple Hare Krishna. J'adorais ça. Et la plupart des choses que j'ai apprises en suivant ma curiosité et mon intuition se sont révélé d'une valeur inouïe des années plus tard. Laissez moi vous donner un exemple.

A cette époque, Reed College dispensait peut-être les meilleurs cours de calligraphie du pays. Chaque poster du campus, chaque étiquette sur chaque cahier, était calligraphié magnifiquement à la main. Puisque j'avais démissionné et que je n'avais pas à suivre les cours normaux
, je décidais de suivre la classe de calligraphie pour apprendre comment faire. J'ai appris les typographies avec ou sans serif, j'ai appris à varier l'espace entre les différentes combinaisons de lettre, j'ai appris ce qui faisait qu'une typographie était belle. C'était magnifique, historique, artistiquement subtil d'une façon que la science ne peut pas expliquer, et je trouvais cela fascinant.
Cela n'avait a priori aucune utilité pratique dans ma vie. Mais dix ans plus tard, alors que nous imaginions le premier Macintosh, tout cela me revint. Et nous intégrâmes tout dans le Mac. C'était le premier ordinateur avec de la belle typographie. Si je ne m'étais pas inscrit dans ce cours au collège, le Mac n'aurait jamais eu plusieurs typographies ou des polices espacées proportionnellement. Et comme Windows copia le Mac, il est possible qu'aucun ordinateur n'en ait jamais eu. Si je n'avais pas démissionné, je n'aurais jamais participé à cette classe, et les ordinateurs pourraient ne jamais avoir eu cette magnifique typographie qu'ils ont aujourd'hui. Bien sûr il n'était pas possible de relier les points quand j'étais au collège. Mais c'était très, très clair en regardant en arrière dix ans plus tard.
Encore une fois, vous ne pouvez pas relier les points en regardant vers l'avenir. Vous pouvez seulement les relier quand vous regardez en arrière. Donc vous devez croire que les points se relieront dans votre futur. Vous devez croire en quelque chose - vos tripes, la destinée, la vie, le karma, ce que vous voulez. Cette approche ne m'a jamais quittée, et cela a fait toute la différence dans ma vie.

Ma deuxième histoire parle d'amour et de perte
.

J'étais heureux - j'avais trouvé tôt ce que j'aimais dans la vie. Woz et moi avons commencé Apple dans le garage de mes parents quand j'avais 20 ans. Nous avons travaillé dur et, en 10 ans, Apple a connu une croissance qui nous a sorti du garage pour nous mettre à la tête d'une compagnie représentant 2 milliards de dollars et plus de 4000 employés. Nous avions juste sorti notre plus belle création - le Macintosh - un an plus tôt, et je venais juste d'avoir 30 ans. Et j'ai été viré. Comment pouvez-vous être viré d'une société que vous avez créée ? Eh bien, à Apple, nous avions embauché quelqu'un que je pensais être très talentueux pour diriger la société avec moi, et la première année tout alla très bien. Mais nos visions du futur devinrent divergentes, et finalement nous nous sommes affrontés. Notre comité de direction se rangea de son côté. A 30 ans je me retrouvais donc dehors. Et très publiquement dehors. Et ce qui avait été l'objectif de ma vie était parti, était dévasté.

Pendant plusieurs mois je ne sus absolument pas quoi faire. J'avais le sentiment que j'avais laissé tomber le bâton du relais au moment où on me l'avait passé. Je rencontrais David Packard et Bob Noyce et essayais de m'excuser de m'être planté aussi lamentablement. C'était un échec très publique, et je pensais même à partir de la Silicon Valley. Mais quelque chose commença à croître lentement en moi - j'aimais toujours ce que je faisais. Le tour des événements chez Apple n'avait pas changé cela d'un iota. J'avais été rejeté, mais j'étais toujours amoureux. Ainsi je décidais de recommencer.
Je ne le voyais pas ainsi à ce moment là, mais il apparaît qu'être viré d'Apple était la meilleure chose qui pouvait jamais m'arriver. Le sentiment de puissance de la réussite laissait place à la légèreté d'être un débutant de nouveau, moins sûr de tout. J'entrais dans l'une des périodes les plus créatives de ma vie.

Pendant les cinq années qui suivirent
, je créais une société appelée NeXT, une autre appelée Pixar, et je tombais amoureux d'une femme formidable qui allait devenir mon épouse. Pixar créa le premier film au monde entièrement réalisé sur ordinateur, Toy Story, et est aujourd'hui le studio d'animation le plus réputé à travers le monde. Sur un renversement de situation remarquable, Apple acheta NeXT, je retournais chez Apple, et la technologie que nous avions créé chez NeXT est au coeur de la renaissance d'Apple. Et Laurene et moi avons créé une magnifique famille ensemble.
Je suis pratiquement sûr que rien de tout cela ne serait arrivé si je n'avais pas été viré de chez Apple. C'était un médicament au goût horrible, mais je pense que le patient en avait besoin. Parfois la vie vous frappe dans la tête avec une brique. Ne perdez pas la foi. Je suis convaincu que la seule chose qui m'a poussée à avancer fut que j'aimais ce que je faisais. Vous devez trouver ce que vous aimez. Et cela est aussi vrai pour votre travail que pour vos amours. Votre travail va remplir une grande partie de votre vie, et la seule façon de la rendre véritablement satisfaisante est de faire ce que vous pensez être un boulot génial. Et la seule façon de faire un boulot génial est d'aimer de ce que vous faites. Si vous ne savez pas encore ce que vous aimez, continuez à chercher. Ne baissez pas les bras. Comme pour tout ce qui concerne le coeur, quand vous l'aurez trouvé, vous le saurez. Et, comme toutes les grandes histoires d'amour, ce sera simplement de mieux en mieux au cours des années. Donc continuez de chercher jusqu'à ce que vous trouviez. Ne baissez pas les bras.

Ma troisième histoire parle de la mort
.

Quand j'avais 17 ans, j'ai lu une citation qui ressemblait à quelque chose comme cela : "si vous vivez chaque jour de votre vie comme si c'était le dernier, un jour vous aurez certainement raison". Cela me marqua, et depuis lors, pendant les 33 dernières années, je me suis regardé dans le miroir chaque matin et je me suis demandé : "si aujourd'hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que j'aimerais faire ce que je vais faire aujourd'hui ?". Et quand la réponse était "non" pendant trop de jours d'affilé, je savais qu'il était temps de changer quelque chose. Me rappeler que je serai bientôt mort est l'outil le plus efficace que j'ai trouvé pour m'aider à faire les grands choix de ma vie. Parce que presque tout - les attentes, la fierté, la peur d'être embarrassé ou de l'échec - ces choses disparaissent devant la mort, laissant uniquement ce qui est vraiment important. Vous rappeler que vous allez mourir est la meilleure façon d'éviter le piège de penser que vous avez quelque chose à perdre. Vous êtes vraiment nu. Il n'y a aucune raison de ne pas suivre votre coeur.

Il y a un an environ on m'a diagnostiqué un cancer. J'avais un scanner à 7h30 du matin, et il montra clairement que j'avais une tumeur au pancréas. Je ne savais même pas ce qu'était le pancréas. Les docteurs m'ont dit que c'était certainement un type de cancer qui est incurable, et qu'il fallait m'attendre à ne pas vivre plus de 3 à 6 mois. Mon médecin me conseilla de rentrer chez moi et de mettre mes affaires en ordre, ce qui est le code des docteurs pour "prépare toi à mourir". Cela signifie qu'il faut essayer de dire à ses enfants tout ce qu'on a à leur dire pour les 10 prochaines années en quelques mois. Cela signifie qu'il faut s'assurer que tout soit fait pour ce que cela soit le plus facile possible pour votre famille. Cela signifie que vous devez faire vos adieux.

J'ai vécu avec ce diagnostic toute la journée. Ce soir-là j'ai eu une biopsie, ils ont enfoncé un endoscope à travers ma gorge, mon estomac et mes intestins, ils ont enfoncé une aiguille dans mon pancréas et ils ont prélevé quelques cellules de la tumeur. J'étais endormi, mais ma femme, qui était là, m'a raconté que lorsqu'ils ont regardé les cellules avec un microscope les médecins se sont mis à pleurer parce que c'était une forme rare du cancer du pancréas qui se soigne avec de la chirurgie.
J'ai été opéré et je suis guéri.
C'est l'expérience la plus proche de la mort que j'ai eu, et j'espère que ce sera la plus proche que j'aurais pour des décennies. L'ayant traversé, je peux maintenant vous dire cela de façon un peu plus certaine, que la mort est un concept utile mais purement intellectuel.

Personne ne veut mourir. Même les gens qui veulent aller au paradis ne veulent pas mourir pour y aller. Et pourtant la mort est la destination que nous partageons tous. Personne n'y a échappé.
Et c'est bien ainsi, parce que la Mort est probablement la plus belle invention de la Vie. C'est l'agent de change de la Vie. Il emmène le vieux pour faire place au neuf. Aujourd'hui le neuf c'est vous, mais un jour pas si loin d'ici, vous deviendrez progressivement le vieux et serez écartés. Désolé d'être si dramatique, mais c'est la vérité.
Votre temps est limité. Ne le gaspillez pas en vivant la vie de quelqu'un d'autre. Ne soyez pas piégés par les dogmes - qui sont de vivre en fonction des idées des autres. Ne laissez pas le bruit de l'opinion des autres couvrir le son de votre voix intérieure. Et plus important encore, ayez le courage de suivre votre coeur et votre intuition. Ils savent déjà, d'une certaine façon, ce que vous voulez véritablement devenir. Tout le reste est secondaire.

Quand j'étais jeune, il y avait un magazine fascinant appelé The Whole Earth Catalog, qui était l'une des bibles de ma génération. Il était créé par un garçon nommé Stewart Brand pas si loin d'ici à Menlo Park, et il le faisait avec une touche poétique. C'était à la fin des années 60, avant les ordinateurs personnels et la publication assistée par ordinateur, donc le magazine était créé avec des machines à écrire, des ciseaux et des appareils photographiques polaroïd. C'était un genre de Google au format papier, 35 ans avant la naissance de Google : c'était utopiste, et cela débordait d'outils utiles et d'idées magnifiques.

Steward et son équipe ont sorti plusieurs éditions de The Whole Earth Catalog, et quand l'aventure a été finie, ils ont sorti un dernier numéro. C'était au milieu des années 70, et j'avais votre âge. Sur la dernière page du dernier numéro il y avait une photographie d'un petit matin sur une route de campagne, le genre de route qui vous ferait faire de l'autostop si vous étiez aussi aventureux. Au-dessous, il y avait les mots "Stay Hungry. Stay Foolish". C'était leur message d'adieu alors qu'il arrêtaient. Stay Hungry. Stay Foolish. Et j'ai toujours souhaité cela pour moi-même. Et maintenant, que vous commencez une nouvelle année, c'est ce que je vous souhaite.

Stay Hungry. Stay Foolish. *

Merci beaucoup à vous tous.

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
 
Trois histoires de la vie de Steve Jobs, PDG de Apple Computer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Steve Jobs démissionne pour raison de santé .....
» Décès de Steve Jobs, co-fondateur d'Apple.
» La citation de la semaine : Steve Jobs, Bob Hope et Johnny Cash
» Après Steve JOBS, Dennis RITCHIE, l'autre génie en informatique également mort en octobre 2011
» Steve Jobs est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de la sagesse-
Sauter vers: