LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le sens du jeune en islam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Le sens du jeune en islam   Lun 14 Sep - 0:11

l'Islam recherche le bonheur de l'homme dans ce monde et dans l'autre avec tout ce que cela implique. Suivant les notions islamiques, c'est dans l'au-delà que chacun sera jugé d'après ce qu'il aura fait sur terre. Les heureux et ceux qui auront atteint le succès seront alors ceux qui trouveront grâce auprès de Dieu notre Seigneur. Quant au monde actuel, comme l'homme est fait d'un corps et d'une âme, ce sont les effets matériels et spirituels du jeûne qui nous préoccuperont dans cette étude.
1. Importance du motif et de l'intention.

Chacun sait que le meurtre volontaire est abhorré par toutes les civilisations et que toutes les religions condamnent le meurtrier à l'enfer, tandis que la victime innocente, le martyr, méritent le paradis. Chacun sait aussi que la défense d'une juste cause (la lutte contre un agresseur) est un devoir. Et celui qui tue un agresseur est considéré comme un héros qui mérite toutes les récompenses sur terre et au ciel. Est-ce que la différence entre ces deux meurtres n'est pas simplement dans l'intention ?De même, si l'on s'abstient de boire et de manger sur l'ordre du médecin, on n'accomplit pas la même action que si on renonce à la nourriture et à la boisson pour obéir aux commandements de Dieu ou pour Le servir ! Dieu est notre créateur, notre législateur. Il nous recevra après notre mort et nous demandera compte de nos actions ici-bas. Quiconque Lui aura obéi obtiendra Sa miséricorde, même s'il n'a pas compris tous les secrets de Ses commandements. La pratique du jeûne commandé par une religion et par une loi révélée entraîne avec elle La grâce divine. Quel avantage dans ce monde et dans l'autre peut surpasser la grâce éternelle du Seigneur ?Les motifs matériels, l'ostentation ou autres sentiments semblables terniraient la pureté de l'intention. Que notre jeûne soit donc uniquement et exclusivement accompli pour plaire à Dieu et suivre Ses commandements ! C'est ce que nous enseignent aussi les célèbres paroles du saint Prophète: " Les actions valent par les intentions " (Bukhâri).

2. Aspects spirituels.
L'expérience démontre que les aveugles ont souvent une meilleure mémoire que ceux qui voient, et que certains de leurs sens sont plus développés que ceux des hommes ayant le plein usage de leur vue. En d'autres termes, si certaines capacités demeurent sans emploi, elles peuvent, d'une certaine manière, aider à en renforcer d'autres. Il en est de même dans les rapports entre l'âme et le corps: en affaiblissant le corps, on affermit l'âme, de même qu'un arbre que l'on émonde porte plus de fleurs et de fruits.
Lorsqu'on jeûne, la conscience est aiguillonnée en présence du mal et on résiste mieux aux tentations. En outre, le jeûne conduit à penser plus à Dieu, à mieux pratiquer la charité et à goûter la joie de l'obéissance au Seigneur.
De même, l'homme, dans sa faiblesse, commet parfois des péchés et d'autres transgressions, mais plus tard sa conscience peut le convaincre qu'il a mal agi et il se repent. Il y a des punitions à tous les crimes, qu'ils soient de l'âme ou du corps, qu'ils soient matériels ou spirituels. On sait également par expérience que lorsque le coupable se tourmente dans son repentir, il est consolé en proportion de son repentir et de la réparation qu'il aura faite de sa faute. La destruction de soi-même étant exclue, quelles peines et quelles pénitences peuvent affliger un homme plus que la privation des biens essentiels à l'existence: le boire et le manger ?

Walioullah ad-Dihlawi a été, au XVIIIe siècle, une personnalité dominante. Savant universel et grand mystique, respecté de tous, il nous a laissé de nombreux ouvrages de grande valeur sur la philosophie de la religion musulmane. Dans son célèbre ouvrage Hujjatallâh al-Bâligah (II, 36, " Sur le jeûne "), il a émis certaines remarques pénétrantes sur les aspects spirituels de cette pratique que nous traduisons littéralement:

" Vu que l'excès d'animalité empêche la nature angélique d'émerger, il était nécessaire que l'on cherchât à dominer sa propre animalité. Vu que l'excès d'animalité et son accumulation tirent leur origine de la nourriture, de la boisson et d'un abus des plaisirs de la chair, le jeûne accomplit ce que ne peut faire l'abondance de nourriture. Par conséquent, la méthode adéquate pour dominer l'animalité consiste à s'en prendre à ses causes (de l'excès d'animalité). C'est pour cela qu'il y a unanimité parmi tous ceux qui désirent voir émerger la nature angélique de l'homme, comme devoir diminuer les aspects contraires(nourriture, boisson, etc.). Il n'y a pas de différence à cet égard parmi les peuples du monde, en dépit des différents pays. En outre l'ultime objectif est que l'animalité de l'homme soit soumise à sa nature angélique, afin que son animalité ensuive les inspirations et les directives et se colore de sa couleur: que cette nature angélique empêche son animalité de prendre des couleurs bases et méprisables " comme la cire pend l'empreinte d'un sceau " .Afin d'en arriver là, la seule méthode est que la nature angélique de l'homme choisis à ce qui est conforme à ses propres exigences et qui impose à sa nature animale; l'animalité continuera à se soumettre à cette inspiration, ne se montrant ni obstinée ni rebelle contre elle; la nature angélique continuera sans cesse à imposer ses exigences à l'animalité, laquelle s'y soumettra et s'y accoutumera. Ces exigences imposées par la nature angélique et appliquées tant bien que mal par l'animalité, appartiennent: 1) soit à la catégorie des choses qui étendent(remplissent de joie) la nature angélique et contractent (contrarient) la nature animale, tels que les efforts faits pour ressembler _pour ainsi dire_ au monde suprême de Dieu (malakût) et considérer (méditer) sa domination suprême (Jabarût),faculté qui est une particularité exclusive de l'angélisme, l'animalité en état très éloignée; 2) au renoncement aux choses exigées par l'animalité qui la remplissent de joie et lui procurent ses satisfactions. C'est cette dernière catégorie qui constitue le jeûne " .

Les vertus du jeûne sont multiples et de nombreuses paroles du Prophète s'y rapportent. Il n'est peut-être pas nécessaire d'entrer dans les détails. Qu'il suffise de dire que le degré minimum et le plus bas du jeûne consiste à s'abstenir de manger, de boire et de céder aux désirs, charnels, de l'aurore au crépuscule; le degré le plus élevé est celui où l'on s'abstient de tout acte, de toute parole et, de toute pensée charnelle, animale, ou de nature diabolique. Autrement, il n'y aurait pas de différence entre le jeûne et le fait d'avoir faim détaché de toute signification spirituelle. Et pourtant quelle différence n'y-a-t-il pas entre ces deux états !

3. Aspects matériels.
Les étudiants travaillent continuellement pendant plusieurs mois, puis ils prennent leurs vacances d'été. Les employés travaillent six jours, le septième étant un jour de repos et de loisirs. Les hommes accomplissent toute la journée des efforts du corps et de l'esprit, après quoi le repos du sommeil renouvelle leurs facultés pour le jour suivant. Les machines elles mêmes et les outils ont besoin de repos, et nous l'observons pour les automobiles, les locomotives, les avions, etc.

N'est-il pas raisonnable, par conséquent, de penser que l'estomac et les organes digestifs ont eux aussi besoin de repos ?En fait, la médecine moderne est arrivée à peu près à la même conclusion, et un grand nombre de médecins, en Suisse, en Allemagne et ailleurs, prescrivent, pour beaucoup de maladies chroniques, la faim et la soif pour des périodes plus ou moins longues, suivant la maladie et les capacités physiques du malade.

Ils ont également constaté
que les différentes glandes sécrètent certains acides dans l'estomac en raison de la faim et de la soif, et que ces acides détruisent beaucoup de germes capables de causer différentes maladies. Les statistiques indiquent aussi que plusieurs maladies du système digestif et autres sont plus rares chez ceux qui ont l'habitude de jeûner chaque année.
Nous savons que l'homme a besoin de changer de climat, d'air et d'eau de temps en temps. Les médecins envoient les gens qui pour convalescence æ relèvent de maladie dans d'autres lieux que ceux où ils vivent ordinairement. Les plus heureux parmi les Occidentaux passent un mois de vacances, l'été, hors de chez eux. En d'autres termes, il est nécessaire, de temps à autre, de changer ses habitudes. C'est là aussi une forme de repos. Nous voyons, par exemple, les agriculteurs faire alterner les semences dans leurs champs afin de donner ainsi un _ repos _ à la terre. L'uniformité étant néfaste, l'Islam a interdit de jeûner l'année entière, même pour ceux qui voudraient en retirer des avantages spirituels. L'expérience a démontré également que si l'on jeûne sans cesse, cela devient une habitude, une seconde nature et que le jeûneur n'en profite pas comme celui qui ne jeûne que par intervalles. En effet, si l'on jeûne pour plus de quarante jours de suite, on s'y accoutume et si l'on jeûne moins d'un mois, cela n'a que peu d'effet.

L'habitude de jeûner présente de grands avantages du point de vue militaire, car les soldats n'ont pas toujours à boire et à manger quand ils doivent se battre tout le jour et même la nuit. Quiconque a l'habitude de jeûner tout le mois (du Ramadân) et qui est accoutumé aux prières du tarâwih durant la nuit, est naturellement mieux préparé à affronter ces épreuves que le soldat qui n'a jamais fait ces _ exercices _. Les civils eux-mêmes peuvent profiter de l'habitude de cette pratique en cas de grève, comme il y en a si souvent à notre époque, des employés des eaux, des marchands de denrées alimentaires et autres commerçants. Les couvre-feu de vingt-quatre heures ne sont pas non plus des choses exceptionnelles.

Enfin, ceux qui jeûnent sur l'ordre du médecin ou parce qu'ils y sont forcés_ par discipline ou quelque autre raison_ retirent les avantages matériels inhérents à cette pratique, mais n'y associant aucune intention spirituelle, ils n'en bénéficient pas spirituellement. Les Musulmans jeûnent dans l'intention de se conformer aux ordres de Dieu. Ils agissent donc par piété et ils en sont récompensés. En même temps, ils ne perdent pas les avantages physiques et matériels de leur action.

Bref, de quelque matière que l'on examine le jeûne des Musulmans, il se compare favorablement avec la manière dont on jeûne dans les autres civilisations.

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
 
Le sens du jeune en islam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps, la relativité et nous.
» Vieux profs ?
» 9 Erreurs des nouveaux mariés
» Le jeûne
» ISLAM: Combattre dans les sentiers d'Allah, sens propre ou figuré??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de la sagesse-
Sauter vers: