LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La philosophie du jeune dans les religions monotheistes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: La philosophie du jeune dans les religions monotheistes   Lun 31 Aoû - 1:22

Toutes les civilisations d'autrefois, toutes les religions ont imposé à leurs adhérent quelques jours de jeûne par an Pourquoi ? Etait-ce simple superstition ou cette pratique comporte-t-elle quelque utilité ? Nous vivons en un temps où chaque citoyen, riche ou pauvre, peut avoir accès à l'éducation, et nos gouvernements ne sont pas tenus de nous imposer la pratique de nos devoirs spirituels. Il peut donc être utile de savoir si cet antique devoir du jeûne est encore dans l'intérêt de la société. L'étude préliminaire et objective de ce sujet incombe d'autant plus aux Musulmans que ce n'est pas seulement la raison qui la dicte, mais que le Coran, qui est le fondement même de l'Islam, la leur enjoint. En effet, il n'y a pas un seul des devoirs spirituels imposés parle Coran qui ne soit accompagné d'un appel à la raison, à la méditation, à la réflexion, afin que
L'homme puisse se persuader qu'il est dans son intérêt de le remplir. A maintes reprises, le Coran nous exhorte à ne pas suivre aveuglément les coutumes de nos ancêtres, mais à penser par nous-mêmes, afin que nous puissions en toute justice être personnellement responsables de nos actes. L'homme ne doit pas agir seulement par instinct, comme les animaux, mais par une action de sa volonté, comme il convient à un être à qui Dieu adonné la raison, à l'exclusion des autres êtres vivants. L'homme ne doit pas non plus se livrer à des pratiques mystérieuses et trompeuses, qui isolent la raison de la religion, ni croire pour le seul fait de croire, sans conviction réelle.
Certes, les tempéraments diffèrent entre les individus et tous les hommes n'ont pas les mêmes aspirations. Le sages selon le monde, avant d'entreprendre quelque action, s'assure que son objet aura une utilité matérielle. Un pieux ermite, par contre, ne cherche que les avantages spirituels et le salut dans l'au-delà; renonçant au gain matériel sans y être contraint par qui que ce soit. Dans ces deux catégories, le nombre de ceux qui poussent les choses à 1'extréme est très limité: la très grande majorité des êtres humains, dans le monde entier, aspire au bonheur dans l'au-delà aussi bien que sur la terre. A ce double point de vue, l'Islam se signale par la manière dont il pourvoit aux besoins de l'homme et le Coran (2: 20) loue ceux qui prient Dieu en disant
: " Donne-nous belle part ici-bas, belle part aussi dans l'au-delà " ,car c'est là l'idéal que cherche à inculquer l'Islam. Comme le jeûne est imposé par le Coran même, n'est-ce pas à nous de chercher à découvrir le bien qu'il nous procure dans ce monde et dans l'autre ? Nous devons le faire d'autant plus que l'homme n'est pas uniquement corps, ni uniquement esprit, mais les deux ensemble et que la poursuite exclusive du bien de l'un et non de l'autre renversera l'équilibre, alors que l'intérêt véritable de l'homme exige l'harmonie du corps et de l'âme et leur association. Si nous ne travaillons que pour l'esprit, nous deviendrions des anges, surpassant les anges eux-mêmes, mais Dieu a déjà créé des anges et n'a pas besoin d'en augmenter le nombre. De même, si toute notre énergie est dépensée en vue du bien-être matériel et de l'intérêt égoïste, nous deviendrions des bêtes et des démons, les surpassant même dans le mal; Dieu a déjà créé d'autres êtres vivants de ce genre, et en devenant des bêtes et des démons, nous renversons l'ordre de la création des êtres humains doués de raison pour distinguer entre le bien et le mal. Que l'homme se développe donc et qu'il coordonne harmonieusement tous les talents que Dieu lui a donnés.

Avant de chercher à pénétrer les principes fondamentaux de jeûne, écoutons les termes précis dans lesquels le saint Coran promulgue ce décret:

LE JEUNE ET LE CORAN


Voici ce que dit le Coran à propos du jeûne:

" O. les croyants ! On vous a prescrit, le jeûne, comme on l'a prescrit à ceux 'd'avant vous peut-être seriez-vous pieux !_pendant des jours comptés. Donc, quiconque d'entre vous est malade ou en voyage, alors, qu'il compte d'autres jours. Même pour ceux qui pourraient le supporter, il y a une rançon: la nourriture d'un pauvre. Et si quelqu'un fait plus, c'est bien, pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner, si vous saviez !,C'est dans le mois de Ramadân qu'on a fait descendre le Coran, comme guidée pour les gens, et en preuves de discernement. Donc, quiconque d'entre vous est présent à ce mois , qu'il le jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors, qu'il compte d'autres jours; Dieu veut pour vous la facilité, il ne veut pas pour vous la difficulté, mais que vous en accomplissiez bien le nombre et proclamiez la grandeur de Dieu pour ce qu'il vous a guidé. Peut-être seriez-vous reconnaissants! " (2: 183-5)
Au commencement de ce passage, il est dit que le jeûne est recommandé également par d'autres religions. Voyons donc ce qu'elles enseignent à ce propos. Une comparaison avec l'Islam ne manquera pas d'intérêt.
LE JEUNE DANS LES AUTRES RELIGIONS
L'Islam se considère comme la religion révélée à l'humanité à diverses reprises par l'intermédiaire de prophètes successifs, sa mission étant de raviver la vérité éternelle et de purifier des apports ultérieurs qui n'émanent pas de son fondateur, l'Envoyé qui a reçu l'inspiration divine pour guider son peuple.
Sabéisme. Abraham, de bienheureuse mémoire, fut envoyé comme prophète auprès des Sabéens de l'Irak. Les Sabéens de Harrân observaient un jeûne de trente jours, sans manger ni boire du lever au coucher du soleil, et ceci en l'honneur de la lune. (Cf. Encyclopédia of Religions and Ethics, vol. 5, page 764, article on "Harranians" citant Chowolson, Sabier und Sabismus, II, 711, 226). Le Coran (41: 37) interdit d'adorer le soleil ou la lune, mais ordonne d'adorer Celui qui les a créés. Il a également prescrit un mois de jeûne, ce qui signifie la restauration du Hanifisme, ou vraie religion du prophète Abraham.
Judaïsme. Les plus pieux parmi les Juifs jeûnent chaque lundi et chaque jeudi et ils affirment que Moise - que sa mémoire soit bénie ! - monta sur le Mont Sinaï un lundi et revint un jeudi (cf.Encycl. Rel. and Ethics, V, 765). L'Islam prescrit également ce jeûne comme un acte surérogatoire et méritoire, qui n'est pourtant pas obligatoire pour chacun. Les Juifs jeûnent également vingt-quatre heures, en mémoire de la sortie d'Egypte, le 10 du mois de Tishri. Le jeûne surérogatoire, le 10 du mois de Muharram, appelé 'âshourâ' parmi les Musulmans, date du temps du saint prophète Muhammad lui-même (il n'a rien à voir avec le meurtre de l'Imam-Husayn).Bien entendu, un jeûne de vingt-quatre heure était trop long et représentait une grande épreuve; sa durée fut réduite de l'aurore au coucher du soleil, afin qu'un plus grand nombre de croyants puissent s'y conformer.
Christianisme. Les premiers chrétiens observaient le Carême (six semaines, dimanches exceptés), c'est-à-dire que trente-six jours étaient réservés à l'abstinence et à la pénitence en souvenir du Christ _Que la paix de Dieu soit avec lui !_lors de son séjour dans le désert (Encycl. and Eth., V, 769). Ils pensaient que cette période représentait la sixième partie d'une année complète. A titre d'impôt religieux, ils payaient la dîme sur leurs biens aussi bien que des impôts sur les aliments et les boissons ! le saint prophète Muhammad a dit aussi:
_ Quiconque jeûne tout le mois du Ramadân et y ajoute encore six jours du mois suivant, le Shawwâl, c'est comme s'il jeûnait toute une année _. Cela aussi fait 36 jours. Et le Coran dit (6:161):_ Quiconque fait une bonne action sera récompensé dix fois..._ . Le mois lunaire a de 29 à 30 jours, l'année lunaire environ 354 jours. Si nous jeûnons pendant une année 29 + 6=35 jours, et pendant une autre année 30 + 6 = 36 jours, le mérite décuplé sera alternativement de350 et de 360 jours, ce qui, en fait, correspond à l'année lunaire complète des Musulmans. Il n'en est pas ainsi exactement chez les Chrétiens, qui observent l'année solaire. Celle-ci a toujours plus de 360 jours, si 1'on multiplie le carême par dix.

Cela suffit à prouver que le jeûne correspond, en fait, à ce qu'en dit le saint-Coran.
Il existe aussi un jeûne dans les religions hindoue, bouddhiste et autres,

_________________
Coeur ouvert,Main tendue,Oreille attentive,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pointvert.ecoleforum.com
 
La philosophie du jeune dans les religions monotheistes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la femme dans les 3 religions monotheistes
» L'intérêt du jeûne dans les religions/spiritualités qui le pratiquent
» Le problème du TEMPS dans les religions ...
» PLACE DES "VIEUX" DANS LES RELIGIONS ?
» Le député PS Cahuzac gifle un jeune dans la rue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert de la sagesse-
Sauter vers: