LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE

La Pharmacie et la vie dans toutes leurs facettes :formation, exercice, science ,marketing,management, industrie,labo, sagesse, conseils,, culture, loisirs.liens
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la qualité de vie au travail.....1/4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
parasita



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2008
Age : 29
Localisation : 10 alger

MessageSujet: la qualité de vie au travail.....1/4   Mar 7 Juil - 23:24

I -comprendre les mécanismes du stress, de l'épuisement et de l'équilibre personnel et professionnel

La qualité de vie au travail


Etre bien au travail, cela dépend notamment :
de l'étendue des responsabilité

des valeurs et du respect

de l'influence que l'on a sur les décisions

de la maîtrise de sa charge de travail

des compétences développées face aux exigences
et des possibilités de perfectionnement professionnel

de l'adéquation des ressources disponibles

de la satisfaction trouvée dans son travail

de l'équilibre entre travail et vie personnelle

du climat d'école

de l'écoute que l'on reçoit

du soutien de ses pairs et de ses proches[size=7]

Le stress
Caractéristiques générales]



Plus d'un tiers des professionnels dans l'école souffrent du stress et environ 10 % d'entre eux présentent des signes d'épuisement élevés.

En tant que mécanisme d'adaptation le stress est nécessaire et utile.

C'est par sa répétition et sa durée que le stress peut devenir négatif, provoquer un sur-stress, un surmenage, et causer un épuisement professionnel.

On n'est pas tous égaux devant les agressions: à chacun son stress, au niveau physiologique et psychologique.


Les personnes qui souffrent de mauvais stress ont tendance à entretenir leurs émotions, à faire persister la tension. Les personnes qui vivent des stress positifs tendent à relativiser les évènements, prendre une juste distance et connaissent des troubles qui ne sont que passagers.

L'environnement peut engendrer des déséqulibres importants lorsque les pressions excèdent les ressources de la personne. Ainsi, on constate que les contraintes tendent à augmenter, liées aux changements multiples, aux attentes (pafois contradictoires) des personnes avec lesquelles on travaille, aux objectifs élevés, au rythme de notre société, etc.


Phases du stress
C'est un endocrinologiste, Hans Seyle, qui a mis enévidence le phénomène du stress comme une adaptation à des agents agresseurs.
Il a distingué trois étapes du stress avec leurs aspects biologiques et psychologiques

1. Phase d'alerte
La captation des stresseurs par les sens provoque desréactions physiologiques amenant une série de changements corporels cardio-vasculaires, respiratoires, musculaires, cutanés, digestifs, etc.. Elle prépare instantanément à une action physique brutale, voire violente, augmente la vigilance et suscite un état psychologique d'anxiété poussant à agir.

[La réaction devrait permettre de contrôler l'environnement, mais aujourd'hui, dans notre quotidien, elle n'est souvent plus très utile, p. ex. dans un embouteillage



2. Phase de résistance


Si les stresseurs se maintiennent, les réactions physiologiques provoquent une augmentation du métabolisme de base et de l'endurance pour supporter la résignation: ceci prépare à se détacher de l'événement et active des émotions dépressives qui facilitent l'abandon de toute réaction



3. Phase d'épuisement


Si de nouveaux stresseurs se rajoutent sans cesse, les animaux sont dépassés et leur organisme finit par s'épuiser, parfois jusqu'à la mort. L'homme aussi: le Karoshi meurt au travail par aplasie surrénalienne: excès de travail, conditions de vie exécrables, investissement affectif considérable avec l'obsession de plaire, le refus de chercher de l'aide, et de céder quant à la loyauté ou l'image donnée





Conséquences et symptômes des stress négatifs







Dans un premier temps, stress et performance croissent ensemble, puis le stress continuant d'augmenter la performance chute. Vivre les mauvais stress et l'état chronique qu'ils engendrent perturbe l'équilibre et modifie les comportements.

S'installe alors la fatigue avec son cortège de malaises: irritabilité, maux de tête, tensions oculaires, coup de pompe, mal de dos.
]Ils constituent une entrave au développement de son potentiel affectif, psychique, intellectuel et un frein à l'accomplissement de soi.
]Le stress peut provoquer des maladies somatiques, des dépressions et occasionne des coûts importants pour la personne et pour la société.

Quelques symptômes au niveau personnel


I. Symptômes physiques
• 1. Troubles circulatoires, hypertension

2. Douleurs dorsales, tensions musculaires

3. Maladies de l'appareil digestif ]
4. Céphalées



II. Symptômes psychiques

• 1. Fatigue chronique

[• 2. Dépressions
• 3. Angoisses [/si



<LI>• 4. Troubles du sommeil
[• 5. Manque de créativit

<LI>• 6. Sentiments négatifs à l'égard de soi-même et de ses performances
III. Modifications du comportement:

• 1. Indifférence face au travail

• 2. Installation d‘une distance par rapport aux collègues
• 3. Irascibilité, difficultés avec la famille et les amis
4. Consommation accrue d'alcool et de médicaments
Quelques symptômes au travail et au niveau de l'école


Augmentation du taux d‘absentéisme, en raison de maladies liées au stress

  • Perte de collaborateurs compétents
  • Baisse de qualité au travail
  • Insatisfactions croissantes des élèves
</LI>


Dernière édition par parasita le Jeu 16 Juil - 20:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
parasita



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2008
Age : 29
Localisation : 10 alger

MessageSujet: Re: la qualité de vie au travail.....1/4   Mar 7 Juil - 23:31


Fatigue et surmenage



La fatigue est un mécanisme naturel


Vivre les mauvais stress et l'état chronique qu'ils engendrent perturbe l'équilibre et modifie les comportements.

Apparaît alors la fatigue qui est un mécanisme naturel


Elle est un indicateur de notre état général; elle nous signale nos limites!
Elle nous prépare au sommeil et nous évite l'intoxication des cellules cérébrales
Elle nous protège de la surexploitation des cellules de l'organisme
La reconstitution de nos réserves et de nos forces se fait
par apport énergique alimentaire et
par le repos et le sommeil
La reconstitution incomplète ou inexistante amène l'épuisement de l'énergie vitale, la fatigue permanente et pathologique


Les différentes sortes de fatigues



Brigitte Trankiem distingue, notamment chez les enseignant-e-s, la fatigue
physique: elle fait transpirer, donne des courbatures, etc.
nerveuse: celle du travail intellectuel, de l'attention, de la mémorisation, etc.
émotionnelle: tensions avant l'examen, craintes d'insuccès, joie espérée, etc.
verbale: quand on doit parler trop et trop longtemps
[La fatigue est universelle, à la fois objective et subjective

Distinguer fatigue et surmenage



La frontière est floue entre surmenage et fatigue. Les phases de fatigue ci-dessous sont des points de repère de l'évolution de la fatigue au surmenage






Chacun doit reconnaître son seuil critique.



Le surmenage implique
un ensemble de signes: une grande fatigue ne suffit pas,
le fait de ne pas être frais et dispos après six à huit heures de sommeil souvent,
l'impression de ne pas récupérer


[size=9]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
parasita



Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 01/12/2008
Age : 29
Localisation : 10 alger

MessageSujet: Re: la qualité de vie au travail.....1/4   Jeu 16 Juil - 20:13

L'épuisement professionnel


Principales caractéristiques


Un processus progressif
L'épuisement professionnel est donc le résultat d'un processus progressif et sournois dans lequel l'individu perd progressivement la motivation au travail, pour aboutir à un syndrome psychologique comportant fatigue émotionnelle, dépersonnalisation, dévalorisation de soi. C'est une brûlure interne (burn out: rongé, sans énergie, grillé), expression imagée pour montrer que de l'extérieur, aucun dysfonctionnement n'est perçu d'abord, alors qu'à l'intérieur, il se manifeste par une usure profonde.

Des métiers exposés
L'épuisement professionnel un type particulier de réaction à des facteurs de stress émotionnels et interpersonnels. Il touche surtout ceux et celles qui exercent des métiers et fonctions d'encadrement ou d'intervenant impliquant une relation interpersonnelle d'aide, avec grand engagement au début de carrière et une importante charge affective dans le service fourni.

Des personnalités plus sensibles
Ces personnes ont des difficultés à dominer stress, surmenage ou conditions de travail pénibles. Elles sont sensibles à une insuffisance de reconnaissance qui suscite sentiments de frustration, perte d'enthousiasme, désillusion. Leur engagement ne correspond plus à leurs aspirations, perd toute signification et débouche sur la question du sens même de la vie.

Les caractéristiques du syndrome psychologique

1. Grande fatigue émotionnelle liée au stress ressenti.
Elle vient du sentiment d'avoir à répondre à une trop grande demande affective et d'avoir épuisé ses ressources émotionnelles: épuisement et manque d'énergie, affaiblissement, perte d'acuité psychique.

2. Dépersonnalisation
Elle se caractérise par une attitude négative, irritable, agressive, un détachement exagéré envers les autres à qui s'adressent le service et une baisse d'idéalisme.

3. Dévalorisation de soi
C'est le contraire de l'accomplissement de soi. La baisse, subjective d'abord, dans les résultats personnels débouche sur un fléchissement du sentiment de compétence et de réussite dans son travail. Il en découle une baisse de la productivité et des compétences, puis une baisse du moral, et finalement un retrait avec incapacité de s'en sortir.

L'épuisement professionnel est donc un problème complexe impliquant et l'individu et l'environnement social. Ses causes ne sont pas facilement repérables. Il n'est donc pas aisé d'apporter des solutions efficaces.

Les étapes du processus évolutif de burn out

Bien des experts en burnout reconnaissent quatre étapes de ce processus qui mène à une déception profonde.

1. La période d'enthousiasme
La personne est hyperactive; elle croit pouvoir transmettre facilement ses connaissances, captiver aisément ses élèves. Elle a l'impression d'être indispensable, de n'avoir jamais le temps. Elle nie ses propres besoins et refoule ses échecs et déceptions.

2. La période de stagnation
La personne prend conscience de la réalité professionnelle et de sa complexité. Une fatigue chronique s'installe d'où un manque d'énergie.

3. La période de frustration
La personne réalise que les buts qu'elle s'était fixés sont irréalisables, que les résultats sont bien en deçà de l'énergie fournie, que ses efforts ne sont pas reconnus. Elle perd son empathie, se sent coupable, jalouse de ses collègues, devient intolérante et négative.

4. La période de démoralisation et d'apathie
La personne se replie sur soi, évite les défis. Elle a des problèmes de concentration, manque de flexibilité, de fantaisie; elle fuit les contacts professionnels, se sent seule, inutile, est proche du désespoir, a parfois des envies de suicide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la qualité de vie au travail.....1/4   Aujourd'hui à 21:30

Revenir en haut Aller en bas
 
la qualité de vie au travail.....1/4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [6ème] Vocabulaire défauts et qualités des personnages + écriture
» Haine collegue de travail
» accident du travail: que feriez-vous à ma place??
» [1ère] HELP - Travail sur l'argumentation classes technologiques
» Des idées pour un travail d'écriture pour se présenter ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE POINT VERT DE LA PHARMACIE ET DE LA VIE :: le point vert médical-
Sauter vers: